Sébastien Blériot est expert webmarketing et fondateur du blog joptimisemonsite

Parle-nous de toi

Je travaille dans le e-commerce et le marketing digital depuis près de 10 ans. Au cours de mes différentes expériences, j’ai vendu de nombreux produits : du high-tech, des sextoys, des logiciels, des jeux vidéo, des formations professionnelles… J’ai donc la chance de connaitre aussi bien les marchés BtoB et BtoC.

Qu’est ce qui te plait dans le marketing digital ?

Ce que j’adore, c’est que chaque action marketing est mesurable et peut être optimisée en direct. Tellement frustrant de lancer une campagne de communication sans savoir combien de personnes ont vu la publicité. Et surtout combien de ventes celle-ci a rapportées.

Comment et pourquoi as-tu créé le blog Joptimisemonsite ?

J’ai créé Joptimisemonsite en 2013 alors que j’étais encore étudiant en MBA Marketing et Commerce sur Internet.

A l’origine, j’avais créé ce blog en relation directe avec mon sujet de thèse professionnelle : « comment optimiser le front office d’un site e-commerce ». L’idée derrière tout cela était d’être en veille constante des bonnes pratiques et de les partager sur ce blog.

En quelques mois,  j’ai atteint les 70 visites par jour. Je me suis pris au jeu et j’ai continué à publier régulièrement de nouveaux articles de conseils et d’astuces. J’ai dépassé les 100 000 visiteurs uniques mensuels en janvier 2019. En regardant ces statistiques, je suis fier de ce que j’ai réalisé depuis toutes ces années.

D’ailleurs, ce blog est ma meilleure carte de visite lorsque je me présente auprès de clients potentiels.

Quels types d’e-commerçants accompagnes-tu ?

Je n’ai pas de clients types. C’est ce qui me plait dans ce métier de consultant : pouvoir toucher à tous les types de projets.

J’accompagne et/ou forme aussi bien de petits e-commerçants qui veulent professionnaliser leurs pratiques, comme des start-ups qui veulent accélérer leur développement ou des équipes de grandes entreprises.

sebastien bleriot et sendcloud

Quels sont les problèmes rencontrés par tes clients en matière de logistique / livraison ?

En ce moment, j’accompagne un client qui cherche à s’internationaliser.

Son objectif est clairement d’optimiser ses processus de livraison pour proposer une livraison la moins chère possible à ses clients étrangers.

Cela devrait avoir un impact direct sur le taux de conversion de son site e-commerce. Il est acquis depuis de nombreuses années que les frais de livraison sont l’un des principaux freins à l’achat sur internet.

Quels sont les 3 conseils que tu donnerais à un e-commerçant qui se lance ?

1. Limiter au maximum le budget consacré à la création d’un site

L’erreur que font beaucoup d’e-commerçants, c’est qu’ils mettent une trop grosse partie du budget qu’ils ont dans la création du site e-commerce parfait.

Ils se retrouvent alors avec un site qui leur ressemble mais n’ont plus de budget disponible pour investir dans l’acquisition de leurs premiers clients.

Avoir un beau site, c’est bien… Cependant, avoir un site qui vend, c’est mieux !

Je leur conseillerais de limiter au maximum leurs investissements dans la personnalisation de leur boutique en ligne. Une fois qu’ils feront leurs premières ventes, ils auront du budget pour optimiser leur e-commerce et le faire à leur image.

Lisez les 7 astuces SendCloud pour lancer sa boutique en ligne

2. Travailler les leviers d’acquisition de trafic en fonction de ses produits

Une seconde erreur que font les e-commerçants qui se lancent, c’est qu’ils ne réfléchissent pas à la typologie de leurs produits. Ils appliquent ce qu’ils peuvent lire sur les différents blogs spécialisés en e-commerce. Ils cherchent alors à créer une communauté sur Facebook, faire de la publicité sponsorisée, acheter des Google ads… Sans réfléchir à la spécificité de leurs produits.

Selon moi, il est très important d’adapter une stratégie d’acquisition de trafic en fonction de la typologie de produit qu’on veut vendre. Par exemple, j’accompagne actuellement une start-up spécialisée dans la vente de pièces automobiles d’occasion. C’est donc typiquement un produit de besoin : l’internaute ne va pas chercher à acheter un phare si le sien n’est pas cassé. Il est quasiment inutile d’investir des dizaines/centaines/milliers d’euros dans des campagnes sur Facebook Ads ou de faire du display. Ainsi, pour exister, ce site doit être présent massivement en Google Ads ainsi qu’en référencement naturel. C’est donc sur ces deux leviers qu’il faut investir massivement.

La stratégie ne sera pas la même pour un site qui vend des produits d’achat d’impulsion tels que des montres, de bijoux… etc. Pour ce type de site, les réseaux sociaux peuvent être des leviers très intéressants car très générateurs de trafic qualifié. Instagram, Pinterest, Facebook… etc.

3. Persévérer car chaque difficulté vaincue, c’est autant de concurrents en moins

S’il y a bien une chose que j’ai apprise en accompagnant tous ces sites, c’est que la persévérance est reine dans le monde des créateurs de sites e-commerce.

Il y a une phrase de mes clients qui me plait beaucoup : « A chaque fois que j’arrive à résoudre une problématique, je prends de l’avance sur mes concurrents ». Il dit vrai car si le e-commerce était si simple, tout le monde pourrait se lancer et gagner sa vie avec la vente en ligne. Or, je ne pense pas que cela soit le cas 😉

e-commerce joptimisemonsite sendcloud

Quelles sont les tendances à venir du e-commerce en France ?

Il y a de nombreux articles qui traitent des tendances du e-commerce. En début d’année, les sujets les plus abordés étaient l’importance du mobile, la recherche vocale ou encore le buzz autour du dropshipping.

De mon côté, le sujet qui m’intrigue aujourd’hui est le lancement de la marketplace de Google. Beaucoup de mes lecteurs sont passés à côté de cette information. Google prépare une place de marché en France avec pour objectif de permettre aux internautes d’avoir un seul panier (et donc un seul tunnel de conversion) pour acheter sur plusieurs dizaines/centaines/milliers de sites e-commerce. En lançant cette marketplace, Google risque de faire mal à beaucoup de monde. Comme à chaque fois qu’il sort un nouveau service qu’il juge stratégique.

Ce projet, qui vient en confrontation directe avec Amazon. Je le trouve vraiment très ambitieux et j’ai hâte de voir comment cette sortie va être accueillie par les internautes. Et qu’elle sera la réaction d’Amazon. Qu’en pense l’Union Européenne quand on voit les nombreuses amendes déjà infligées à Google pour abus de position dominante ? Ou est-ce que ce projet finira par rejoindre les projets du géant qui ont fait un flop, tels que Google + ou Picasa ?

J’attends avec impatience de voir comment le e-commerce va évoluer avec cette nouveauté.

Leave a Reply